Histoire

Les vignes de Ladoix Serrigny

Les vignes de Ladoix Serrigny

LADOIX-SERRIGNY est le premier village de la côte de Beaune quand on vient de Dijon. Situé à égale distance entre Nuits-Saint-Georges et Beaune, le village possède trois hameaux : Buisson, Neuvelle et Corcelles.

Notre village tire ses richesses de quatre grandes activités principales que sont la viticulture (le cadastre dénombrait 244 hectares de vignes en 1820), l'agriculture, la sylviculture et la pierre (environ 7 ha de carrière) exploitée depuis l'époque Gallo-Romaine.

Quant aux amoureux de la nature, ils pourront également faire de magnifiques promenades en forêt (une des plus vastes étendues du sud du département puisque les bois couvrent près de 1 300 hectares, soit près de la moitié de la commune) et contempler le célèbre "Chêne Buffon", planté sous le règne de Louis XIV.
Agréable, accueillant, hospitalier, Ladoix-Serrigny est un lieu où il fait bon vivre. Le village est à la fois tourné vers son passé grâce à un patrimoine historique et architectural, et vers l'avenir avec un tissu associatif important et  un secteur économique dynamique.

Ladoix Serrigny

Le Coteau de Corton

Le Coteau de Corton

Dénommé "La Doiz de Sarrigny" en 1304, Serrigny est l'un des villages les plus anciens de la Côte.
La vigne y est cultivée depuis fort longtemps puisqu'en 1503 existait déjà un vigneron.
Le village semble avoir été relativement important, en effet, en 1775, l'historien Courtepée disait : "On ne peut labourer ni champ ni vigne qu'on ne trouve des fondations".
Il n'avait pas tort puisqu'en 1970, on découvrit un cimetière mérovingien lors du creusement d'une cave : squelettes, vases en céramique jaune, débris d'armes oxydées y ont été découverts, ainsi qu'une plaque de ceinturon indiquant la période des VIè et VIIè siècles. Ils sont aujourd'hui exposés au Musée de Beaune.

Plus tard le hameau de Ladoix fut rattaché à Serrigny. Son nom vient du celte « douix » qui signifie «source» ou «fontaine». Sortant des profondeurs de la terre au pied du coteau de Corton, cette source donne naissance à une petite rivière appelée «la Lauve» qui, de nos jours, se faufile entre jardins, vignes et maisons, traverse la D 974, alimente le vieux moulin et les douves du château avant de se jeter dans la Bouzaise quelques kilomètres plus loin.

La source était autrefois considérée comme sacrée en raison de l'oratoire antique qui la surmontait où de nombreuses pièces de l'époque romaine furent découvertes lors de la construction de la station de pompage en 1959. Les plus curieux pourront aller les observer au Musée archéologique de Dijon.

Ce n'est que le 21 juin 1988 que le village obtient la dénomination actuelle : Ladoix-Serrigny.

Les hameaux

Buisson doit son nom aux buis et aux  vignes ornant son paysage depuis des siècles (on répertoriait déjà 140 ouvrées de vignes en 1461). Ce n'est qu'au XVème siècle que le hameau fut annexé à Serrigny après avoir longtemps appartenu à la commune de Villers la Faye.

Malgré le manque d'informations, on sait que l'existence de Corcelles et Neuvelle remonte au Moyen Age. Il est même certain qu'un petit château avec chapelle de St Rémy existait à Neuvelle, ainsi qu'un prieuré disparu au XIVème siècle. Une voie antique, stratégique et commerçante, traversait l'endroit et permettait notamment d'échanger le sel des Séquanes contre le fer des Eduens, peuples de la Gaule, et de transporter l'étain. A l'époque, les liquides (vin, huiles) étaient contenus dans des outres de peaux appelées  "bouteris", terme qui a donné "boutière" ou vase à vin. Plusieurs lieux dits portent cette appellation de "boutière", signe indubitable de la célèbre route de l'étain.

Le hameau de Corcelles

Le hameau de Corcelles

Le hameau de Buisson

Le hameau de Buisson

Le hameau de Neuvelle

Le hameau de Neuvelle